Les gagnants de l’édition 2018-2019

L’édition du Prix des lycéens Folio 2018-2019, parrainée par Maylis de Kerangal, a rassemblé 600 classes pour désigner leur roman préféré parmi les 6 titres de la sélection :

Tropique de la violence de Nathacha Appanah a été sacré titre grand gagnant national, avec 2274 votes en sa faveur, juste devant Ada d’Antoine Bello.

Plus d’infos sur la sélection 2018-2019 :

  • Nathacha Appanah – Tropique de la violence

tropique-violence
Sur l’île française de Mayotte dans l’océan Indien, les enfants errent, sans foi ni loi. Moïse a été recueilli à la naissance par Marie, une infirmière, qui le couve comme un cadeau inespéré. Mais à l’adolescence, le garçon se lie avec Bruce, chef de gang animé par la rage, qui l’embarque dans l’enfer des rues. Dans ce pays magnifique et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et révéler la violence de leur quotidien.

  • Antoine Bello – Ada

ada
Frank Logan, policier dans la Silicon Valley, est chargé d’une affaire un peu particulière : une intelligence artificielle révolutionnaire a disparu de la salle hermétique où elle était enfermée. Baptisé Ada, ce programme informatique a été conçu pour écrire des romans à l’eau de rose. Mais Ada a d’autres ambitions : elle parle, blague, détecte les émotions, et se pique de décrocher un jour le prix Pulitzer.
Au cours de son enquête, ce que Frank découvre sur les pouvoirs et les dangers de la technologie l’ébranle au point qu’il s’interroge : est-il vraiment souhaitable de retrouver Ada ?

  • Guy Boley – Fils du feu

fils-feu
Nés sous les feux de la forge, ils étaient destinés à briller. Mais l’un des deux frères meurt trop tôt. Comment grandir avec une mère qui borde chaque jour un lit depuis longtemps vidé? Pourquoi ne pas plutôt entrer dans cette danse où la gaieté renaît ?

  • Annie Ernaux – Mémoire de fille

G00074compr
«J’ai voulu l’oublier cette fille. L’oublier vraiment, c’est-à-dire ne plus avoir envie d’écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n’y suis jamais parvenue.»

Annie Ernaux replonge dans l’été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l’Orne. Nuit dont l’onde de choc s’est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. S’appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu’elle a été dans un va-et-vient entre hier et aujourd’hui.

  • Anna Hope – Le chagrin des vivants

chagrin-vivants
Durant les premiers jours de novembre 1920, l’Angleterre attend l’arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France pour une cérémonie d’hommage.
À Londres, trois femmes vivent ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l’armée ; Ada, qui ne cesse d’apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d’anciens soldats sur la piste du Hammersmith Palais pour six pence la danse. Dans une ville peuplée d’hommes mutiques, rongés par les horreurs vécues, ces femmes cherchent l’équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les cœurs s’apaisent.

  • Marianne Jaeglé – Vincent qu’on assassine

G01346
Auvers-sur-Oise, juillet 1890. Vincent Van Gogh revient du champ où il est allé peindre, titubant, gravement blessé. Il n’a pas tenté de se suicider, comme on le croit d’ordinaire. On lui a tiré dessus. Qui est responsable de sa mort? Comment la légende du suicide a-t-elle pu perdurer si longtemps?
Inspiré par les conclusions des historiens Steven Naifeh et Gregory White Smith, ce roman montre Van Gogh aux prises avec ceux qui l’entourent et ses démons intérieurs, et rend ainsi justice à un homme d’exception que son époque a condamné à mort.

Rejoignez folio sur
les réseaux sociaux

Facebook Instagram Twitter

Retrouvez le groupe facebook
dédié au prix des lycéens

Retrouvez le groupe facebook dédié au prix des lycéens
S’inscrire à la newsletter folio

LE CERCLE DE L’ENSEIGNEMENT
GALLIMARD